Jardiner en pot
Plantes
Les légumes testés
Démarche :
Abreuver
Effets indésirables
Terreau et fertilisant
Fabrication :
Partie supérieure
Bouchon
Arrosage du réservoir
Faciliter l'arrosage : Verre
Mise à l'ombre du réservoir
Terreau
Déco
Semis: CitiSuisse
Démarche
Fabrication
Utilisation
Mise en place
Mise en réseau :
Principe 1
Principe 2
Description
Fabrication
Mise en place
Accessoires :
Serre
Extension
En jardinière: MiniCitiCroc
Constat
Fabrication
En pratique
Culture :
Principes
Semis
Familles
Trouver ses graines et plants
Contact


Fabrication : Terreau



Une fois que la
partie supérieure, le bouchon et le réservoir sont assemblés, il reste à remplir la partie supérieure de terreau pour accueillir graines ou plants.

Terreau :

Prendre un
terreau standard (genre universel ou horticole ou potager ou toutes plantes ou rempotage , etc).
Les
terreaux spécialisés (genre "terre de bruyère" ou "orchidées" ) conviennent à des plantes particulières (souvent qui aiment les terres acides) et doivent être évités pour les légumes.

Si on veut faire du
"bio", il faut vérifier que sur le terreau il y a la mention "utilisable en agriculture biologique".
Ils sont en général plus chers que les terreaux non bio mais sont fertilisés pour une durée plus grande.

Remarque importante :
il ne faut pas utiliser de la terre ramassée n'importe où à cause des problèmes de contamination.
Cette terre pourrait contenir par exemple des
excréments animaux contenant la douve du foie. C'est un parasite fréquent des bovins et ovins, qui s'implante dans les canalicules biliaires et pond des œufs émis par les excréménts. Les oeufs éclosent ensuite en milieu humide et les larves se développent de façon intense en se reproduisant à l'intérieur de petits coquillages aquatiques.
Les
excréments des chiens, des chats (et aussi des humains) peuvent aussi contenir des contaminants.
Si l'on tient vraiment à récupérer de la terre de jardin, il faut la stériliser (à la vapeur ou dans un four), ou la laisser composter plusieurs mois à l'abris des animaux pour tuer ses éventuels parasites.
Les terreaux du commerce sont stérilisés donc (normalement) ils ne contiennent pas de contaminants.


Fertilisants :


Les légumes étant en général assez gourmands, il faut parfois envisager d'ajouter du fertilisant au bout d'un mois ou plus après la plantation.
La durée de fertilisation du terreau est marquée sur la paquet : un mois en général pour les terreaux non bio et de un à 6 mois pour les terreaux bio.

Avec ce système à
réserve d'eau, il est préférable de ne pas utliser d'engrais liquide (surtout organique), qui va favoriser le développement d'algues dans le réservoir. On peut les utiliser de façon très ponctuelle si on en a déjà par exemple, à condition que le réservoir soit bien protégé de la lumière (papier aluminium ou autre).

Choix d'un engrais solide :
Au moment de choisir un
engrais solide, il faut bien faire la distinction entre les engrais minéraux et les engrais (ou fertilisants) organiques.

Les
engrais minéraux sont issus du minéral (industrie chimique, gisements,...).
Ils
nourrissent directement les plantes, sont bon marché mais présentent des risques de surdosage : ils ne doivent pas être rajoutés à un terreau non bio neuf car celui-ci est déjà fertilisé avec ce genre d'engrais.

  Deux exemples d'engrais minéraux en granulés.



















Les
engrais organiques sont issus du vivant (plantes, animaux). En général ils portent la mention : "utilisable en agriculture biologique".
Si vous voyez cette mention sur un paquet d'engrais c'est qu'il est principalement organique.
Ils
nourissent les micro-organismes du sol (champignons, bactéries...) qui nourissent les plantes, ils mettent donc plus de temps à agir que les précédents.
L'intérêt c'est qu'ils présentent moins de risques de surdosage que les engrais minéraux (mais ce n'est pas une raison pour en mettre trop).
Ils ont le défaut de
sentir plus ou moins mauvais, ceux qui contiennent du guano (crottes d'oiseaux des mers) sont assez agressifs pour les narines sensibles.
Ceux qui sont sous forme de
granulés moisissent très facilement, personnellement je les évite et préfère utiliser ceux qui sont en poudre qui sont faciles à mélanger et à doser (il suffit de secouer le paquet pour savoir si un engrais est en poudre ou en granulés).

Deux exemples d'engrais organiques : en granulés à gauche, en poudre à droite.
Préférer celui en poudre.



















On trouve aussi des sortes d'
engrais organiques beaucoup moins concentrés, on parle plutôt de fertilisant ou de compost (normalement ils n'ont aucune odeur) :

Sur la gauche, un fertilisant organique (fumier de volailles, de chevaux, algues compostées).

Sur la droite un compost maison (on distingue les morceaux de coquilles d'oeuf, de pépins,...) .
















Utilisation des fertilisants :


Au moment de la plantation :

Si le terreau est neuf, il est déjà fertilisé par un engrais de synthèse ou organique. Les fabricants de terreau ne se risqueraient pas à vendre un produit dans lequel une plante ne trouverait pas à assurer sa croissance pendant quelques semaines (autant prendre de la terre de jardin).
Il est donc risqué de rajouter quoique ce soit dans un terreau neuf.

Si le terreau a déjà été utilisé, il s'est sûrement appauvri en certains éléments, on peut le mélanger à de l'engrais minéral ou organique ou du fertilisant en faisant attention à ne pas dépasser la dose.

Après la plantation :
Quand les plantes font leurs graines (pois, haricots,.. ) ou leurs fruits (tomates, aubergines,..) on est très tenté de leur donner de l'engrais, surtout si on voit des
signes de carences (feuilles qui jaunissent par exemple).
On peut mélanger de l
'engrais ou du fertilisant organique ou du compost à la terre de surface avec une fourchette par exemple.
On peut aussi mélanger l'engrais ou le fertilisant avec de l'eau dans un verre et arroser la plante en surface avec.
L'engrais organique en granulés a tendance à moisir, il vaut mieux, si on a le choix utiliser de l'engrais organique en poudre. A noter que les plantes n'ont pas l'air de souffrir de ces petits tas gris de champignons mais ce n'est pas très rassurant.
On peut les faire disparaître en mélengeant à l'avance l'engrais avec du terreau. On mélange l'ensemble régulièrement, l'engrais va s'incorporer totalement au terreau.


Dosage des engrais :
Le dosage des engrais est en général donné
en grammes par mètre carré.
Comme les utilisateurs n'ont pas forcément une balance sous la main, des moyens plus pratiques de mesure sont indiqués : "une poignée = x g environ" ou bien "une cuillère à soupe bombée correspond à environ x g".
Reste à connaître la
surface d'un CitiCroc pour faire les conversions.
Le modèle que j'utilise a des
côtés d'environ 15cm. Ce qui fait une surface de 15x15 = 225 cm2.
Or
1m2 = 10 000cm2.
Donc un CitiCroc a une surface de : 225/10 000 = 0,0225 m2.
Dans un mètre carré, on peut donc mettre 1 / 0,0225 = 44 CitiCrocs.
Pour le dosage, il suffit donc de diviser la dose indiquée par m2 par 44, ce qui fait quelques grammes !!!

Méthode sans prise de tête :

Personnellement, je ne m'embête pas, quand je sens que les plantes pourraient en avoir besoin (graines, fruits, ou à la plantation), je mets environ une demi cuillère à café d'engrais organique mélangée dans un verre d'eau et j'arrose un CitiCroc en surface avec.
Pour le
fertilisant organique, j'en mets environ une cuillère à café rase.
Le
compost se mélange mal dans un verre d'eau, il suffit d'en mettre tout simplement en surface du CitiCroc, les micro-organismes feront le reste. Cette méthode de fertilisation prend plus de temps que la précédente, donc si on voit qu'une plante manque de nutriments (feuilles qui jaunissent uniformément par exemple), il vaut mieux utiliser de l'engrais organique ou du fertilisant mélangé dans un verre d'eau.

Attention au surdosage :
Il ne faut
pas mettre les trois à la fois (engrais organique et fertilisant organique et compost), cela ferait trop, mais en choisir un des trois.
Une plante qui reçoit trop d'engrais (organique ou pas) peut présenter des symptômes inquiétants : taches jaunes sur les feuilles qui sèchent et deviennent marron, pourtour des feuilles qui se recourbe... c'est un peu comme si on arrosait la plante avec de l'eau de mer (excès de sel), les réactions chimiques deviennent difficiles, elle se meure, alors qu'on voulait l'aider.
Il vaut mieux
ne pas mettre assez d'engrais que trop : s'il n'y en a pas assez, on peut toujours en rajouter par la suite, alors qu'un excès est plus difficile à corriger : il faudrait arroser abondamment pour diluer les sels en excès mais l'eau du robinet est déjà plutôt chargée en sels.
Il ne faut pas oublier que les plantes prélèvent la plus grosse part de leur alimentation dans l'atmosphère (en dehors de l'eau), il ne faut donc pas donner une place trop importante à la fertilisation.
En général, on perd plus de plantes par excès de fertilisation que par manque. Une plante qui manque de nutriments va végéter alors que celle qui en a trop risque de dessécher et de périr.



Empêcher la dilution dans l'eau :

Pour empêcher que les engrais ou fertilisants ne se diluent dans l'eau du réservoir , il vaut mieux ne pas en ajouter dans la partie en entonnoir (celle dont la base trempe en permanence dans l'eau, voir photo ci-dessous). Il suffit de mettre dans cette partie le terreau tel qu'il sort du sac de terreau ou bien du terreau qui a déjà servi et qui est donc pauvre en nutriments.
De plus le compost maison contient en général toutes sortes de morceaux : coquilles d'oeufs, brindilles, pépins..., si on l'ajoute à la partie en entonnoir, la propagation de l'eau par capillarité va être diminuée. Cela peut être intéressant pour les plantes qui n'aiment pas les réserves d'eau (condimentaires : thym, aneth...) mais pour les autres c'est plutôt gênant (le terreau en surface reste très sec).





Cas d'une plantation de graines :


Il ne faut jamais oublier que
la décomposition de la matière organique perturbe la germination.
Si on plante des graines, il est donc important d'
enlever les morceaux en surface (morceaux de brindilles, d'écorce, etc) qui pourraient gêner les jeunes pousses par leur décomposition non complète et bien sûr aussi par la gêne mécanique qu'ils provoquent.
De même il faut éviter de mettre de l'engrais (surtout l'engrais organique qui moisit très facilement) dans les alentours où l'on plante les graines  (les quelques premiers centimètres en surface).
Il suffit de mettre du terreau tel qu'il sort du sac de terreau ou un terreau usagé (pauvre).

Les graines n'ont pas besoin d'engrais ou d'un terreau riche pour germer (c'est plutôt un handicap), elles ont juste besoin d'eau.
Les jeunes plantules trouvent les nutriments nécessaires à leur développement dans la réserve que constitue la graine.





CitiCroc.com 2009