Jardiner en pot
Plantes
Les légumes testés
Démarche :
Abreuver
Effets indésirables
Terreau et fertilisant
Fabrication :
Partie supérieure
Bouchon
Arrosage du réservoir
Faciliter l'arrosage : Verre
Mise à l'ombre du réservoir
Terreau
Déco
Semis: CitiSuisse
Démarche
Fabrication
Utilisation
Mise en place
Mise en réseau :
Principe 1
Principe 2
Description
Fabrication
Mise en place
Accessoires :
Serre
Extension
En jardinière: MiniCitiCroc
Constat
Fabrication
En pratique
Culture :
Principes
Semis
Familles
Trouver ses graines et plants
Contact


Démarche : Effets indésirables de la réserve d'eau



Buée

Un premier effet indésirable est apparu avec l'utilisation d'une réserve d'eau : l'accumulation de buée sur le plastique dans la partie "terreau". En effet, en raison de l'utilisation d'une réserve d'eau, le terreau est continuellement humide, or le plastique a le défaut d'être imperméable à l'air, il ne respire pas.
A la longue, dans cette atmosphère humide et confinée, des mousses vont se développer, ce qui n'est pas recherché : elles consomment de l'oxygène, de l'eau, des nutriments et concurrencent les plantes qui nous intéressent.

Résolution :

Ce problème est très facile à résoudre : il suffit de faire des trous dans les rainures de la bouteille avec une punaise (épingle) à poignée par exemple ou un objet pointu équivalent.
Un espacement de 3 cm entre les trous semble suffisant, mais si on observe encore trop de buée, on peut toujours rajouter des trous.
Il est plus intéressant de faire les trous dans les rainures car si on souhaite recouvrir l'ensemble pour le décorer (morceau de store ou de set de table en bambou par exemple), les rainures ne seront pas recouvertes et l'air pourra continuer à passer librement.

    L'arme anti-buée efficace : DES TROUS



Avantage supplémentaire :
Un avantage de cette aération devient évident quand on lit un livre quelconque sur la culture des plantes : les racines consomment de l'oxygène pour leur croissance, donc la terre dans laquelle elles poussent a tout intérêt à être bien aérée (dans la nature, le vent par exemple contribue à aèrer la terre).
Si les racines n'avaient pas ce besoin en oxygène, les plantes pourraient se contenter de pousser dans de l'eau enrichie d'engrais, or la plupart des plantes ne le tolèrent pas, l'eau n'étant pas assez riche en oxygène. Par contre elles tolèrent souvent qu'une partie de leurs racines pousse complètement dans l'eau.
Ceci explique que les systèmes hydroponiques (élevage des plantes sans sol nutritif) sont assez compliqués et très inventifs : il faut aérer les racines tout en leur apportant les éléments nutritifs contenus dans une solution liquide.
Cela peut-être une sorte de goutière qui héberge les racines et dans laquelle circule la solution nutritive (la circulation d'un liquide l'enrichie en oxygène).
Ou alors les racines sont suspendues en l'air et la solution est régulièrement "brumatisée" (ce qui l'enrichit en oxygène) sur ces racines.
Une autre solution consiste à faire pousser les plantes dans l'eau mais à enrichir constamment cette eau en oxygène avec des moyens mécaniques (genre pompe à aquarium) ou chimiques (composés qui libèrent de l'oxygène).
Ce domaine est très inventif et n'a surement pas fini de nous surprendre (sauf par le goût des plantes obtenue, pour le moment).


Algues :

Un effet plus embêtant apparaît rapidement (surtout quand il fait chaud) : à la longue, l'eau du réservoir prend une coloration jaunatre, des algues vertes apparaissent sur les parois, le réservoir finit par ressembler à une sorte de "mare aux canards", sans la présence des canards malheureusement.
Le réservoir remplit en effet toutes les conditions qui en font une sorte d'hotel accueuillant pour les algues : de l'eau, de la lumière, des nutriments et de l'air.
Si en plus il fait chaud, l'hotel se transforme en véritable palace, il va vite tourner à plein régime.
Or ce qui nous intéresse ici, ce n'est pas vraiment l'élevage des algues mais l'élevage des légumes qui essaient de pousser au-dessus.

Ces algues ont plusieurs effets indésirables (comme pour les mousses) pour les locataires du dessus et pour nous :
Elles
consomment le peu d'oxygène contenue dans l'eau du réservoir. Or les racines de nos légumes qui ont atteint le réservoir ont besoin de cet oxygène pour poursuivre leur croissance.
Elles
consomment les nutriments du réservoir. On aimerait mieux que ces nutriments profitent à nos plantes.
Elles
attirent les moucherons et autres insectes volants qui ont tendance à se noyer dans le réservoir, ce qui va agraver son hygiène déjà douteuse.
Qui aurait envie de consommer des légumes qui ont poussé dans une telle eau ?

Solutions :
On ne peut pas agir sur la chaleur, ni sur l'eau et l'air (nos plantes aussi en ont besoin), par contre on peut facilement
agir sur la lumière et les nutriments.
Pour empêcher la lumière de pénétrer dans le réservoir, on peut bien-sûr peindre ce réservoir avec un reste de peinture quelconque (genre "mur-plafond") : deux couches dans une couleur claire car les couleurs sombres absorbent la chaleur.
Mais un moyen plus simple est d'
utiliser une feuille d'aluminium pliée en trois pour la renforcer, qu'on entoure autour du réservoir. Un morceau de scotch permet de fixer ses deux extrémités ensembles.
L'aluminium présente plusieurs avantages : on le trouve facilement dans les supermarchés à prix bas (ce n'est pas toujours le cas de la peinture), il est
parfaitement occultant (même deux couches de peinture ne sont pas complètement occultantes), il a une fonction isolante qui est utile en cas de soleil ou de grand froid : dans un réservoir en plein soleil, la température de l'eau peut monter rapidement, ce qui n'est sûrement pas au goût des racines aquatiques de nos plantes (dans la nature, les racines sont bien au frais sous terre).

   Pour maintenir le réservoir propre :

    Créer un
cauchemar pour les algues : la pénombre




Pour empêcher les nutriments de parvenir jusqu'au réservoir, c'est assez simple :

Il faut toujours arroser la plante directement dans le réservoir
. Si on arrose sur le terreau, l'eau d'arrosage va traverser le terreau (et ses engrais), et va s'écouler dans le résevoir chargée de pleins de nutriments. Ce phénomène va naturellement avoir lieu lorsqu'il pleut beaucoup, donc ce n'est pas la peine d'en rajouter.

Il ne faut pas utiliser d'engrais liquide
dans le réservoir.
D'ailleurs si on regarde la notice d'un engrais liquide organique (utilisable en agriculture biologique), la mention "ne pas préparer à l'avance" est souvent indiquée :
un engrais organique liquide n'est pas conçu pour être utilisé dans de l'eau stagnante.
Il est bien sûr possible d'utiliser un engrais de synthèse (minéral) dans de l'eau stagnante, mais les algues vont en raffoler.
La meilleure solution est de ne pas utiliser d'engrais liquide du tout, d'ailleurs les engrais liquides sont généralement beaucoup plus chers que leurs équivalents solides (en poudre ou sous forme de granulés).

  Pour maintenir le réservoir propre :

   Remplir directement celui-ci
, ne pas arroser le terreau.

  
 Eviter de mettre de l'engrais liquide, préférer l'engrais solide.


Une
autre précaution supplémentaire consiste à ne pas mettre d'engrais solide dans la partie goulot-entonnoir (celle qui est contact permanent avec l'eau du réservoir), ce qui va limiter la fuite des nutriments dans le réservoir. Dans cette partie, on met par exemple du terreau tel qu'il sort du sac, ou du terreau qui a déjà servi (donc pauvre).





Et
dernier point évident : il ne faut pas hésiter à nettoyer régulièrement les réservoirs avec une éponge et du produit à vaisselle (ou du savon).
Au moins
à chaque changement de culture.





CitiCroc.com 2009